Accueil > Bon à savoir > Le saviez-vous ? > Au Brésil, des prisonniers pédalent pour produire l’électricité de la ville
Au Brésil, des prisonniers pédalent pour produire l'électricité de la ville

Au Brésil, des prisonniers pédalent pour produire l’électricité de la ville

Les détenus de la ville de Santa Rita do Sapucaí au Brésil ont la possibilité de réduire leurs peines tout en produisant de l’électricité…

En effet, ils pédalent pour générer de l’énergie électrique et peuvent ainsi participer à l’éclairage de la région.

L’idée vient du juge de la ville, José Henrique Mallmann. Il a découvert sur internet des salles de gym américaines réutilisant l’énergie dépensée sur les vélos. Au départ, l’idée n’a pas été très bien reçue, mais les détenus ont finalement vite adhéré au concept :

« Avant on passait toute la journée enfermés dans nos cellules et nous ne voyions le soleil que deux heures par jour, se souvient Silva, un détenu de 38 ans, interrogé par sdpnoticias. Maintenant on est à l’air libre et on produit de l’électricité pour la ville toute en faisant quelque chose d’utile pour recouvrer notre liberté ».

Pédaler pour réduire sa peine

Pour eux, il y a un double avantage : garder la forme et, surtout, gagner des remises de peines. 16 heures pédalées sont équivalentes à un jour de remise de peine. Le directeur de la prison, Gilson Rafael Silva, affirme:

« Ils se sentent utiles en pédalant. Ils gagnent des jours de remise de peine et ils produisent de l’énergie, une énergie propre. Aujourd’hui on parle beaucoup de développement durable ».

Ce projet fait partie d’un ensemble de mesures entreprises par le gouvernement brésilien pour soulager le quotidien de détenus qui vivent dans des prisons surpeuplées. En aidant le détenu à se rendre utile et à se sentir mieux, le gouvernement pense limiter le risque de récidive à la sortie de prison.

La prison de Santa Rita do Sapucaí compte 130 détenus. Le même juge a déjà mis en place un système où les détenus travaillent et une partie du salaire qu’ils perçoivent est envoyée aux familles des victimes.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.