Accueil > Bon à savoir > Le saviez-vous ? > Top 12 des mythes sur la sexualité
Sexualité

Top 12 des mythes sur la sexualité

Vous pensiez tout savoir à propos des ébats amoureux ? Découvrons ensemble douze mythes sur la sexualité et démolissons ainsi les idées reçues.

1. La taille du pénis détermine le plaisir féminin

FAUX. Seulement 1% des femmes considère que la taille du pénis est vraiment importante et 21% pensent qu’elle est importante pour leur plaisir, tandis que 32% pensent que le diamètre est important. Sachez également que la taille moyenne d’un pénis en érection est de 13 centimètres.

2. On arrête de se masturber quand on est en couple

FAUX. 85% des hommes et 45% des femmes affirment qu’ils continuent à se masturber même lorsqu’ils sont en couple. Les hommes se masturbent plus fréquemment dans leur jeunesse, tandis que les femmes se masturbent plus après la trentaine.

3. L’homosexualité est une maladie pathologique

FAUX. L’homosexualité n’est pas une maladie et n’est plus considérée comme un état pathologique depuis 1974. On estime que 3 à 7% de la population est homosexuelle.

4. On choisit notre partenaire d’après ses performances sexuelles

FAUX. Selon une étude menée dans 37 pays, les femmes trouvent qu’un homme pouvant élever des enfants dans un environnement propice (aspects financiers, créativité, ambition) est plus attirant que ses performances sexuelles. Pour ce qui est des hommes, ils privilégient les femmes qui ont l’air fertiles (jeunes). On choisit donc plutôt notre partenaire selon nos désirs d’enfants.

5. Les hommes sont toujours prêts à faire l’amour

FAUX. Un homme peut être fatigué, de mauvaise humeur ou vouloir jouer à ses jeux vidéo par exemple 😉 ! Quoiqu’il en soit, les hommes qui pensent devoir être toujours prêt au sexe sont plus sujets aux troubles de l’érection que les autres.

6. La durée d’un rapport est d’au moins 30 minutes

FAUX. Le temps moyen d’un rapport sexuel (entre la pénétration et l’éjaculation) est de 6 à 10 minutes. De plus, un acte sexuel peut ne durer que 3 minutes ou moins avec un homme qui a des problèmes d’érection et 1,8 minute avec un éjaculateur précoce.

7. Les couples font l’amour tous les jours

FAUX. La plupart des couples ne s’envoient en l’air qu’une à deux fois par semaine. Seuls 7% des couples font l’amour 4 fois ou plus par semaine, 34% 2 ou 3 fois par semaine, 45% quelques fois par mois, et 13% quelques fois par an. Sachez aussi que 1% des couples ne fait pas l’amour du tout !

8. Les hommes doivent toujours donner un orgasme aux femmes

FAUX. 85% des femmes qui ont des difficultés à atteindre l’orgasme affirment qu’elles sont tout de même satisfaites sexuellement. En effet, certaines femmes ont besoin de conditions spécifiques pour atteindre l’orgasme.

9. La naissance d’un enfant est bénéfique pour la vie sexuelle

FAUX. Une personne sur deux déclare que la qualité de leur relation de couple est moyenne ou mauvaise après la naissance d’un bébé. La part des couples qui déclare que leur vie sexuelle est mauvaise passe de 1% à 20% après la naissance du premier enfant. 4 ans après la naissance du bébé, la fréquence des rapports est d’une à deux fois par mois.

10. La pornographie est mauvaise pour le couple

FAUX. Le fait de regarder des films pornographiques améliore la qualité et la fréquence des rapports sexuels ainsi que l’intimité du couple. Pas moins de 76,8% des hommes et 31,6% des femmes avouent regarder des films pour adultes alors qu’ils sont en couple (dont la moitié en regardent avec leur partenaire).

11. Les personnes âgées n’ont plus d’activité sexuelle

FAUX. 60% des hommes et 64% des femmes de 60 à 80 ans affirment avoir des rapports sexuels et être satisfaits de leurs fonctions, même si l’activité se trouve réduite.

12. Seuls les hommes ont des problèmes sexuels

FAUX. Les problèmes sexuels sont fréquents aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Seuls 20-30% des hommes rencontrent au moins un problème sexuel important contre 40-50% des femmes. Les problèmes rencontrés peuvent être causés par exemple par l’hypertension, le diabète, la dépression ou le cholestérol, etc…

 

Ces informations proviennent d’une infographie diffusée par l’institut grec d’étude sur les maladies urinaires.

Source

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.