Accueil > Actualités > Actualité high-tech > L’ONU va débattre de la question des « robots tueurs »
Le robot Kuratas.

L’ONU va débattre de la question des « robots tueurs »

Loin de Hollywood et de ses scénaristes un peu rêveurs, l’organisation internationale va très sérieusement débattre du rôle futur des robots dans les conflits.

Deux experts en robotique viennent d’être invités à débattre sur la question à l’occasion d’une réunion qui aura lieu entre le 13 et le 16 mai et qui aura pour thème officiel les « armes létales autonomes ». Un rapport de cette réunion d’experts sera rendu public en novembre.

Selon la BBC, qui a repéré cette information, ce type d’arme sera théoriquement capable d’engager le combat et de tirer « sans que l’homme ait à intervenir » (une arme autonome, capable de sélectionner elle-même une cible et d’engager le combat sans aucune intervention humaine). Les experts invités à la réunion (les professeurs Ronald Arkin et Noel Sharkey) devront faire preuve d’un peu d’imagination car ce type d’armement n’existe pas encore, mais « le développement des technologies fait que leur existence devient de plus envisageable », précise le site de la chaîne anglaise.

Des partisans et des détracteurs

Pour les défenseurs du développement de ces technologies, des robots armés permettront de ne pas risquer la vie de soldats et ils décideront de façon plus efficace quand engager le combat avec des cibles humaines. En gros, ils seront moins émotifs, plus rationnels mais également moins sensibles et ils estiment que les lois actuelles sont suffisantes pour gérer les difficultés liées à ce type de technologie.

Pour d’autres, beaucoup plus sceptiques (comme le professeur Sharkey, qui a lancé une campagne contre les robots tueurs), prônent la mise en place d’une législation internationale pour encadrer le développement futur de ces armes. « Les pays ne parlent pas entre eux de ce sujet, ce qui fait courir un grand risque à l’humanité » estime Noel Sharkey, qui se positionne contre l’autorisation des robots tueurs.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Source

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*