Accueil > Actualités > Actualité divertissement > Les manettes de jeux vidéo entraineraient des tendinites
Les manettes des jeux vidéo entraineraient des tendinites

Les manettes de jeux vidéo entraineraient des tendinites

Selon une nouvelle étude scientifique néerlandaise, un usage excessif des manettes de jeux vidéo pourrait provoquer des tendinites.

L’étude, qui porte sur les affections musculo-squelettiques dues à une utilisation excessive des consoles de jeux vidéo, a été publiée mardi 16 décembre dernier dans la revue scientifique The British Medical Journal par des chercheurs néerlandais. Ils y évoquent la « nintendinitis » (oui c’est bien le nom attribué par les chercheurs à cette nouvelle pathologie, tiré de la contraction des mots Nintendo et tendinite) car l’étude n’a porté que sur les manettes et consoles de la marque Nintendo.

La forme des manettes en cause

En analysant en tout 38 études de cas cliniques, décrivant des affections musculo-squelettiques liées aux manettes de consoles Nintendo, les quatre chercheurs ont pu constater que les pathologies observées étaient étroitement liées à la forme des manettes.

Le premier cas avéré de « nintendinitis » remonterait à 1990 : une femme de 35 ans avait souffert de vives douleurs au pouce droit après avoir joué durant 5 heures d’affilié à la Super Nintendo. Les chercheurs ont observé des troubles similaires jusqu’en 1997, date de la sortie d’un nouveau modèle de la console, introduisant une nouvelle manette de jeu. Plus ergonomique, celle-ci comprenait un joystick analogique à la place de la croix directionnelle, entraînant ainsi une hyper-sollicitation du pouce gauche. Des cas d’ulcération (perte de substance dermique) du pouce gauche ont alors été observés suite à une utilisation prolongée de la console.

Des cas d’ulcération de la main toute entière ont même été recensés suite à la pratique d’un jeu Mario, où il fallait effectuer le plus rapidement possible des rotations du joystick à 360°.

En 2006, les pathologies Nintendo vont s’élargir à d’autres organes, avec l’apparition sur la Wii d’un système capable de détecter la position et les mouvements dans l’espace de la manette rectangulaire. Le joueur sollicite alors de nombreux muscles de son corps pour coller au mieux au mouvement virtuel demandé. Et s’ils sont peu de joueurs à être assez endurants pour y jouer pendant des heures, ceux qui le font s’exposent à des blessures importantes (entorses, gonflements, fractures, douleurs…). En voulant faire de l’exercice physique avec sa console, le joueur risque de se créer des problèmes musculaires qu’il n’aurait pas eu en pratiquant un sport correctement.

L’étude a uniquement porté sur les manettes de la marque Nintendo, mais les chercheurs estiment que ces pathologies inquiétantes peuvent tout à fait s’étendre aux autres types de manettes.

Une histoire de modération

De plus, les chercheurs rappellent tout de même que la pratique des jeux vidéo a également de nombreuses vertus, en améliorant les réflexes, la mémoire, ou même en ralentissant la neurodégénérescence. Ils précisent même que la Wii constitue un bon moyen pour les personnes âgées de travailler leur équilibre, dans le cadre de la maladie de Parkinson notamment. Pour les personnes en période de rééducation ou qui souhaitent perdre du poids, la Wii serait également une bonne méthode, avec modération évidemment.

Source

Un commentaire

  1. Très bon article , je pense que c’est important de savoir ça pour les jeunes et adules aussi.
    Merci

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.